Pas de déception sans espoir

Publié le par DANIEL

Hier, comme d'accoutumée, je lis le journal en prenant mon petit déjeuner. Et comme d'accoutumée, je manque de m'étrangler.

Trois titres retiennent mon attention :

" Pour l'après-29 mai, Fillon demande plus de détermination à réformer"

"Douste-Blazy réclame "un nouveau pacte social" "

" Sarkozy : "le meilleur modèle social n'est plus le nôtre" "

Quoi ! On ne m'aurait pas prévenu ! La révolution est en marche ! La fin du sert-vice-public est pour demain !!!!!

Je suis malheureusement trop jeune pour pouvoir comparer ces prévisions messianiques avec les conditions du referendum sur Maastricht.

Mais je tiens maintenant à citer nos protagonistes, qui, il faut le croire, on fermement décidé de changer la façon de faire de la politique en France.

Fillon, le roi du deux pas en avant, deux mille en arrière ( face à ceux de trois lycéens qui sèchent ) :

" hélas, la Constitution n'aurait pas empéché les socialistes de faire les 35 heures". Le pays vit depuis des années "une crise profonde". Une fois le referendum passé, il faudra "gouverner avec un vrai sens de l'intérêt général". Et surtout ma préférée :

" Ce que j'essaie de démontrer, c'est ce que les gens reprochent à ce ssystème : un manque de repères, d'autorité. On gouverne à l'estime, aux sondages, au gré des manifestations. Plutôt que du faux dialogue social avec des minorités qui essaient de récupérer dans la rue ce qu'elles ont perdu dans les urnes, il faut des hommes politiques déterminés. Quand ça secoue, il faut serrer sa ceinture de sécurité et y aller."

Il se désole aussi d'être "dans un pays où on essaie de faire des réformes sans peiner personne".

SVP, si quelqu'un me trouve la personne qui a écrit ce discours, filez-moi son numéro, c'est trop bon.Votez Fillon !!!

Douste-Blazy.veut faire "rêver de l'Europe" ( ya du boulot ).

"Un nouveau rêve européen est en train de naitre, qui fait passer les responsabilités collectives avant l'individu, la diversité culturelle avant l'assimilation, le développement durable avant la croissance industrielle non contrôlée, (...) la coopération internationale avant l'exercice unilatéral du pouvoir".

ça y est !!!!! Après le rêve américain, vive l'Europe ! Blague à part, moi qui critique beaucoup l'europe sur sa carence idéologique, il faut reconnaitre que la définir en la comparant aux Etats-Unis ( visés ici ) est loin d'être idiot. Périlleux mais pas con.

Quand à son fameux nouveau pacte social, il considère qu'il a beaucoup fait pour les retraites et s'autocongratule pour l'assurance maladie, l'ordre public et la laicité, en présentant tout cela comme l'apéritif de ce qui nous attend s'il devient premier ministre ( j'en ai l'eau à la bouche : sic ). 

Bref : votez Douste !!!

Sarkozy maintenant, mon copain. Et surtout le leur. Car tout cela n'est ni plus ni moins du Sarko dilué.

" L'Europe ne dispense pas la France de s'engager dans la voie de la modernisation qu'ont empruntée les autres avant nous et mieux que nous.(...) L'Europe que nous voulons nous impose aussi le changement en France. C'est une question de cohérence".

Surtout, celle que je préfère : " Modèle social français ? Heureusement que le ridicule ne tue pas !" Niarf niarf. Sarko je t'aime. Epouse-moi.

Votez Sarko !

Bon, trêve de plaisanteries. On remarquera que l'homo politicus, à l'approche d'un scrutin, entame sa parade amoureuse. Il lève les mains, ouvre grand la bouche, joue des zygomatiques, nous revisite le "je vous ai compris", et promet des lendemains qui chantent, même si cela ne sera pas facile mais il croit en nos capacités on est les meilleurs.

Et lorsque le débat se vide sur le fond, faute de réel pluralisme ( chirac en guerre contre le libéralisme, Fabius contre le TCE, tout le monde au centre ), il se reporte sur la forme. C'est en gros à celui qui crachera le mieux sur les autres et saura mettre en valeur son meilleur profil.

Seulement voila. Et si eux aussi, ils en avaient marre de ne rien pouvoir mener jusqu'au bout ? si eux aussi, ils en voulaient, de cette autorité qu'ils n'ont pas, tout simplement ? S'ils voulaient vraiment changer les choses, ne serait-ce que par volonté de pouvoir ??

Bref, si on les croyait?

En ce qui me concerne, sauf bouleversement métaphysique, 2007 = Sarko. Parce que c'est de loin celui qui me déplait le moins. Et j'aime bien les gens qui ont du culot.

Après cette élection présidentielle, je n'en doute pas , je serai déçue. L'homo politicus déçoit toujours. Je suis française, je ne l'oublie pas.

Pourtant, je me dit qu'il ne peut y avoir de déception que s'il y a eu de l'espoir, de la foi. Et rien que pour cette petite lueur je veux bien tenter le coup.

Je ne rêve pas encore de l'Europe ( faut pas rêver ! ). Je ne crois pas que l'on va lobotomiser les français au point de réussir à mener une quelconque réforme de fond durable ( = qui parviendra déjà jusqu'au parlement ). Le français est orgueilleux et attaché à sa paresse et à ses privilèges. Et je rêve encore moins d'un âge d'or révolu : je veux avancer, pas revenir en arrière, même si on me dit que c'est du 40 carats.

MAIS...

Enfin, c'est juste mon avis.

Publié dans De nos jours

Commenter cet article

Nicolas 14/05/2005 20:03

Qu'est-ce que je me suis marré!!! J'adore qu'on me promette des lendemain chéguéveresque à grand coup d'rideaux. Note, je n'ai rien contre les trois politiques sus cité.
Ce sont trois homme que j'oserais appelé précurseur de la "real politik" en France, il est jamais trop tard. Parlons peu parlons bien, les grands idéaux, ça fait rêver, Maastricht promettait un économie du tonnerre, un chômage écrasé et un nirvana sociale. Résultat bof bof. Mais c'est passé borderline à 51% et c'est ce qui comptait. Y'a un truc que je me demande toujours, c'est croit-il vraiment en ce qu'il nous raconte? Je n'insinue nullement qu'ils sont tous pourri, véreux, etc. D'une part parce que je m'en fout et que je trouve que la transparence (ce mot à connu un essor vraiment effroyable) est le comble de l'hypocrisie et que c'est le jeu politique qui veut ça. Je dis juste que de réclamer un "nouveau modèle social" c'est bien beau mais ça n'engage à rien. "Le modèle sociale n'est plus le meilleur" nan?!?!?! Sans déconner? Vachement innovateur ça dis donc... Le système social n'arrive même pas à la cheville du modèle suédois. Et ça on le sait depuis longtemps.
Alors qu'est-ce qui change? CE qui change c'est que ce sont des hommes de la majorité qui critique ce qui se passe actuellement, il ne crache pas bêtement dans la soupe. Plus fort que le je vous ai compris alors que le pauvre il avait véritablement rien compris.
Une parenthèse sur Sarko, qui est certainement le plus doué de la classe politique, il a revu et corrigé complètement la manière de faire de la politique, la fracture (non pas la sociale niark niark) s'est faite dès ses débuts en tant que ministre de l'intérieur. On voulait du sécuritaire il a fait du sécuritaire. Mémé aurait normalement pu faire Neuilly - Drancy pénard. Mais voilà arrivé au finance il n'accorde pas les crédit pour mettre les mesure en place. Ça c'est de la real politik, c'est beau, malin, grand. Et surtout tout le monde s'en fout. Mais mais mais le chiffre de la délinquance avait baisser, bah oui quand on change le barème c'est pas dur. Depuis ça augmente, bref à part les radars automatiques y'a pas de différence flagrante sur le papier, sur le terrain je dis pas, je vois du bleu partout, ça m'oppresse parfois. Précision j'habite Orléans, je dis ça pour ne pas que vous croyez que je crache sur quiconque, il y a quelque années à Orléans tous les mercredi aprèm et tous les samedi le centre commercial et ses environs étaient blindé de CRS, et c'est la gauche qui gouvernait. Alors pourquoi je m'amuse à démolir ce pauvre Sarko qui m'a rien demandé.
Simplement pour en revenir à la thématique du pas de déception sans espoir. Je crois que l'on connaît un tournant important dans la méthode politique en France, les grands idéaux sont mis de côté au profit de petits idéaux que j'appellerais, comme ça, pour m'amuser : de proximité. Je ne blâme personne pour ce choix, il est plus raisonnable, plus vrai. Maintenant pourquoi déception, parce que l'on attends énormément des politiques hors le politique n'est pas Dieu, il fait ce qu'il peut. Et quand il essai de faire ce qu'il peut et que tout le monde l'en empêche, forcément ça coince, on ne fait rien et tout le monde gueule. "Ils réforment rien, ils changent alors que j'avais voter pour ça" oui mais à chaque réforme tu gueules qu'elle est pourri. Hors la politique ce n'est pas comme une recette, point de règle, rien n'est sur il n'y a que supposition. Ce qui me tue c'est qu'on cherche en la politique à peu près tout ce qui n'a rien à y faire. Je repense à la transparence qui m'horripile prodigieusement. Vous savez quoi que Sarko n'est pas autorisé son propre projet j'en suis content. Pourquoi, parce qu'il sait mener l'opinion. Il se veut apolitique et recréer une tendance, je suis pas contre. Je préviens les intégristes de tout poil que je sais qu'Hitler à dit la même chose, mais les amalgames à la con vous vous les fourrez où je pense. Pour autant que je sache Sarko n'a de haine en personne en particulier.
Bref que signifie ma diatribe. Elle tend à vous amener ici : le politique déçoit, c'est le boulot qui veut ça, mais les 3 compères qui veulent changer le monde le savent et le disent haut et fort. Par comme un mec de chez Jacque Vabre qui est sournois comme pas permit et qui du coup se fous quand même 68% des français à dos...
Vous croyez au lendemain chéguévaresque, moi pas, mais je crois qu'un peu de franchise ça fait pas de mal. Alors messieurs, bravo et beau boulot, même votre idéal n'est pas le mien. Je sais que le passé est mort que les 30 glorieuses étaient purement conjoncturelles et que l'avenir est ouvert pour peut que chacun puisse faire son boulot.
Pour ceux qui me trouve un peu immoral, la politique n'a pas à être moral, elle a être efficace, nuance que j'aimerais que les électeurs-enfants intègrent (je parle pas des jeunes, mais de ceux qui voient la politique au premier degré). Comme dirait l’autre « welcome to the real world ».
Ceci dit ce n'est que mon humble avis.