Sert vice public

Publié le par Aurel

Que les choses soient claires. Je ne nie pas la souffrance humaine. J'ai le coeur qui se sert lorsque, comme jeudi après-midi, je vois un type, qui n'avait manifestement pas pris de douche depuis un bout de temps, DORMIR à terre devant l'ANPE. Et même si je ne peux pas vraiment savoir ce que cela fait, ne l'ayant pas vécu, j'ose me représenter que cela ne doit pas être source de dignité ou de bonheur.

Lorsque je m'enerve contre l'Etat providence, ce n'est point contre ce système en tant que tel. Sur le papier, c'est très beau. Une grande idée. Une idée indispensable à la reconstruction après-guerre, et encore aujourd'hui à bon nombre de personnes.

Le problème ? Comme souvent : la proportion.

Bien sur, il y a pas mal de monde qui n'est rien sans l'aide de l'Etat, indépendamment de leur volonté. Je pense ici surtout aux handicapés ( non, messieurs les cheminots, pas vous ). Ces personnes à qui on finira par ne plus rien donner ( démerdez-vous ), parce que la majorité aura trop tiré sur la corde et que l'Etat aura fermé le robinet. A avoir trop demandé, elle n'aura plus rien ou quasi.

C'est dommage.

Il y a une aide légitime et un assistanat abusif. Et c'est surtout ceux à qui cela est indispensable qui ne réclament rien.

L'Etat, je suis prête à prendre le pari, va prendre la pleine et entière responsabilité du fait que beaucoup de lycéens et d'étudiants ne pourront pas passer leurs épreuves et concours lundi 16 mai parce quelques rapiats du jour férié ont décidé de faire grève !

Et d'un autre côté, je crois bien que l'Etat versera les indemnités pour la canicule.

En résumé, il y a ceux qui réclament toujours plus et qui ne bougeront pas le petit doigt pour donner un peu à leur tour ; de l'autre ceux qui ne demandent rien à personne et qui ne peuvent pas donner. Et l'Etat endosse, et l'Etat paye, et l'Etat est bon ( mais il faut pas le dire ).

En réalité, la question que je me pose est : de quoi l'Etat devrait-il être responsable ?

Entre autres : De ses fonctionnaires ou des plus démunis ? De la meteo ou de la solidarité nationale ? De gouverner ou de pouponner ?

Oui, parfaitement j'ai des préjugés sur le service public. Préjugés nettement nourris par l'actualité ; ( et même, ne devrait-on pas dire maintenant "par l'histoire" tellement cela fait longtemps que ça dure ? )

Oui, parfaitement, je hais les gens qui réclament. Quand j'étais petite, mon papa m'a toujours appris que si je réclamais, je n'aurais rien.

L'Etat fonctionne exactement dans le sens inverse ( à condition que vous ayez le droit de vote ). 

Alors pitié les gens ! Au boulot ! Vous êtes déjà aux 35 heures, au pire vous bosserez une minute 52 de plus par jour, et vous serez même pas obligés d'assurer un service minimum.

Quand à vous, qui ne lirez probablement jamais ces lignes ( pas de quoi se nourrir, alors l'adsl... ), j'espère très sincèrement qu'il restera assez dans les caisses pour que vous puissiez consulter un médecin, être hébergé, être nourri. Heureusement, mais c'est trop peu, des associations existent : elles ne vous oublient pas.

Contrairement à ce que vous pourriez penser, les gouvernants non plus, seulement ils sont tellement occupés déjà à babysitter les chouineurs de service et les contestataires de tous poils qu'ils n'ont plus vraiment de temps; je reconnais que je schématise un peu trop, mais je ne dois pas être à mille bornes non plus.

 

Tant que le service est public, ça va encore : il concerne tout le monde, dans un sens comme dans l'autre.

Mais lorsqu'il se met au service du vice public...

Enfin, c'est juste mon avis.

 

 

 

Publié dans Coup de gueule

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas 14/05/2005 22:42

Plein de lucidité ce texte. Le service publique devrait alors être une sorte de solidarité, si j'ai bien compris. Mais où s'arrête cette solidarité qu'on nous brandi à tout va, même pour la canicule (oui celle-là je lui en veux à mort). Pour les sinistres qui touche l'ordre publique je veux bien, c'est normal (type foret qui brule, orage détruisant des installation électrique, etc...), mais qu'on paye parce que des gens sont morts et c'est au cas où, éventuellement, un autre canicule pointrait le bout de son nez. Là je suis beaucoup moins d'accord. Les gens sa meurent, à plus ou moins brêve échéance certes, mais ça meurent. De plus je le cris haut et fort ceux qui sont mort pendant la canicule était déjà affaiblit et de ce que j'ai pu ressortir de mes diverses lectures, peu aurait passé l'hiver. D'où faut-il grillé un autre jour férier pour un plan hiver? Après les glaçons, la couvertures... Je suis extrêmiste là dessus je sais mais je comprend pas qu'il faille à ce point là un responsable. Pour ma part je ne demande jamais rien à l'Etat. Pourquoi? Parce que mes parents n'en n'ont pas besoin et je préfère que ceux qui en ont vraiment besoin en profite et non pas que chacun veuille recevoir ce qu'il donne, puisque c'est à quoi on tend ces derniers temps.
Et comme tu le dis si bien à trop tiré sur la corde elle va se rompre et les plus démuni seront dans la merde à cause de crétin qui refuse de comprendre qu'une société n'est pas l'aglomération d'individu, mais justement un ensemble. Solidarité oui, assistanat non. Tu parles de lundi 16 : préfecture d'Orléans en "congé exceptionnel" (véridique), vive les euphémismes, alors qu'ils sont censés dire ce même jour aux taxi le tarif qu'ils doivent appliquer. Ce qui soit dit en passant est abhérant, soit c'est férié soit ça l'est pas, mais gardé les tarif du férié un jour non férié, c'est payé pour un ferrari et se retrouver avec une mob...