Endoctrinement

Publié le par DANIEL

Je suis effrayée.

Après quelques recherches sur le net en matière de critique et de sociologie des medias, je me rends compte à quel point, comme tout le monde, je suis manipulée par l'information à laquelle j'ai accès.

Des journalistes tels que Slama ou Stéphane Denis, pour qui j'ai énormément de respect, sont descendus en flèche. J'apprend des horreurs sur la presse que je lis quotidiennement.

Ma naiveté me rattrape toujours. Je croyais lire des opinions, des débats. Et tout cela sonne creux. Le journaliste a toujours raison. Comme pour un referendum : qu'importe qui répond à la question, qu'il soit ignorant, manipulé, impliqué... le plus dangereux est celui qui la pose.

Civilisation du vide. Où il faut débattre de tout, car c'est signe de démocratie. Où il faut avoir un avis sur tout, c'est signe de lumières et de sagesse. Où il faut s'engager, c'est signe de solidarité.

Mais tout cela ne fait finalement que souligner encore un individualisme et un égocentrisme démesurés chez chacun de nous. Moi comprise, qui écrit ces lignes, revendiquant ( cf le titre de ce blog ), avec un orgueil monstre, une opinion anti conformiste. Pourtant écrire le négatif de l'opinion générale, son antithèse, n'est rien de plus que du conformisme. C'est refuser de sortir des cadres. C'est rester dans les mêmes catégories de l'entendement. C'est vouloir se sentir différent. C'est effrayant.

Je crois ( que je n'aime pas ce "je" ! ), que ce que l'on aime pas chez l'autre c'est justement ce qui nous insupporte chez soi. En ce qui me concerne, je hais le mensonge, l'hyppocrisie...  et les opinions toutes faites. Peut-être parce que ce sont la mes propres défauts ?

Enfin, c'est juste mon avis.

 

Publié dans De nos jours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas 22/05/2005 16:40

Le philosophe est celui qui est capable de dire je ne sais pas.
Philosophie grèque.

Nicolas 22/05/2005 14:47

Multiplier les sources, croiser les informations, s'essayer au contradictoire. C'est ce que j'ai trouver de mieux pour éviter l'endoctriment. Sans oublier le principal, qui est qu'on peut ne pas savoir. Parce que comme je le dis souvent, nul n'a nécessairement raison, moi compris.

Mais l'endoctriement n'est que le contre coup de l'apprentissage, on ne réfléchit que par rapport a ses références. C'est pourquoi les multiplier me semble important.

J'en reviens à ce que je disais pour l'idéologie de masse ;-) .