Et alors ?

Publié le par Alliolie

LA méthode pour se sentir mieux quand en apparence rien ne va.... un simple ajout en fin de phrase, à chaque fin de phrase prononcée ou envisagée en son for intérieur en ces moments de lassitude, de colère parfois, de tristesse toujours.

"Et alors ?"

Développons, appliquons :

"Et merde, j'ai 2 cm de glace au fond de mon frigo, mes yaourts sont tout collés et congelés, c'est pas possible un truc pareil !"

Oui, et alors ?

"Ben yen a marre quoi, va falloir les enlever de là, j'ai quatre yaourts foutus en l'air, et comme ça va dégeler j'aurais de l'eau partout!"

Oui... et alors ?

"Ben..."

Voilou : conflit intérieur désamorcé, haine du monde et de l'univers en voie d'évaporation.

Autre exemple, peut-être plus parlant pour la gente féminine :

"AAHHHHHAAAAHHHHHHHH (cri de rage et de deséspoir) : j'ai ENCORE grossi".

"Et alors ?.."

"Ben, j'ai grossi quoi".

"Et alors?"

Conseil à la gente masculine : le "et alors" doit venir de la jeune ou moins jeune femme, sinon cela ne marche pas du tout, au contraire vous êtes partis pour une dispute musclée.

C'est fou ce que je me sens mieux depuis que j'applique la méthode.

Le "et alors" se consomme sans modération, en particulier en fin de formulations commençant par "il faut/fallait", "je dois/devais"...

 

Publié dans De nos jours

Commenter cet article

anne simon 23/09/2006 14:25

j'ai un exemple de taille,hihihihi,je vais bientôt au mariage de mon frére,et il y aura la connasse de fille de mon pére,ET ALORS!!!!!!!!!!!!
hihihihi,il vaut mieux en rire,n'est ce pas??????
JE T'EMBRASSE....ANNE