Délit de jeunesse

Publié le par Alliolie

Qu'aurais-je répondu à la question de ce président de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Outreau, question posée à une élève de l'ENM âgée de 26 ans et bientôt destinée à exercer les fonctions de juge d'instruction :

"voudriez-vous me faire croire que vous avez, à 26 ans, L'EPAISSEUR HUMAINE suffisante pour exercer des fonctions aussi importantes, aussi primordiales, que celles de juge d'instruction ?"

"Cher monsieur,

Il y a des hommes de 70 aussi "épais humainement "que du papier à cigarettes bon marché, et des enfants de 8 ans ayant davantage essuyé les plâtres des délicatesses de la vie que vous-même.

Il y a des mères et pères de 16 ans, exerçant des fonctions au moins aussi importantes et primordiales que celles auxquelles j'accéderais bientôt, qui toutefois relèvent le défi avec courage, un certain succès, et surtout avec amour.

Il y a des acteurs sans talent acclamés par la critique, modèles de générations en forme mais sans fond.

Il y a aussi des cons, il y a des menteurs, il y a de méchants hommes. Il y a des connes, il y a des menteuses, il y a de méchantes femmes.

A quoi mesure-t-on l'épaisseur humaine ? Votre mètre n'est-il ajusté qu'à un calendrier ?

Parce qu'il parfaitement possible de se sentir plus vieux à 18 ans qu'à 58,

parce qu'il est évidemment possible d'être plus juste (n'est-ce pas de celà qu'il s'agit) lors des premières affaires examinées qu'au terme de dizaines traitées, si semblables, si moches, si peu flatteuses pour le genre humain, inspirant tant de lassitude,

parce qu'il est bien facile pour le politique de s'estimer, précisément, juge de ce qui fonctionne ou non, de ce qui doit être ou non, quel que soit le domaine, quel que soit le débat ...

Et bien oui, j'estime avoir cette épaisseur que vous semblez tant désirer ; elle n'est que cette part en moi qui accepte de se plonger dans les moins beaux aspects de l'âme humaine et dans sa bassesse alors que tous de nos jours n'acceptent que le neuf, l'arrangeant, le politiquement correct, le "in", le cool, le "qui-permet-de-dormir-tranquille"..."

Enfin permettez-moi de m'étonner qu'un si fervent partisan de la culture du doute doute autant de l'épaisseur de mon humanité"

Publié dans Droit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

andrem 27/10/2006 11:11

Je ne suis pas sûr que mon commentaire sur humanisme ait été édité. Aucune manisfestation d\\\'enregistrement ou de diffusion ne m'est apparue.Alors, du coup, j'ai flâné en remontant le temps, et je tombe sur votre épaisseur humaine.Je n'ai rien à dire, sinon que votre lettre imaginaire est superbe dans sa superbe. J'aurais aimé l\\\'écrire. J\\\'aurais aimé écrire "j'ai cette épaisseur que vous semblez désirez". La phrase vaut son pesant de cacahouète pour ce qu\\\'elle dit et pour ce qu\\\'elle ne dit pas mais révèle.Ne vous formalisez pas de mes expressions familières, elles ne sont là que pour cacher mon embarras amiratif. En espérant, cette fois, que la mise en ligne fonctionne, et en repartant cette fois-ci pour de bon.

andrem 27/10/2006 11:07

Je ne suis pas sûr que mon commentaire sur humanisme ait été édité. Aucune manisfestation d'enregistrement ou de diffusion ne m'est apparue.Alors, du coup, j'ai flâné en remontant le temps, et je tombe sur votre épaisseur humaine.Je n'ai rien à dire, sinon que votre lettre imaginaire est superbe dans sa superbe. J'aurais aimé l'écrire. J'aurais aimé écrire "j'ai cette épaisseur que vous semblez désirez". La phrase vaut son pesant de cacahouète pour ce qu'elle dit et pour ce qu'elle ne dit pas mais révèle.Ne vous formalisez pas de mes expressions familières, elles ne sont là que pour cacher mon embarras amiratif. En espérant, cette fois, que la mise en ligne fonctionne, et en repartant cette fois-ci pour de bon.