Florilège

Publié le par Alliolie

Je ne me pouvais m'empêcher de vous faire partager ma joie immense et indescriptible d'avoir terminé cette session d'examens...

Florilège, morceaux choisis de notre souffrance...

Droit des biens (extrait de l'arrêt à commenter) : "Mme Z a seulement eu la qualité d'usufruitière, les preneurs n'ont pas régularisé la procédure en appelant dans la cause les enfants mineurs, nus-propriétaires, malgré l'invite de la cour d'appel,  [les bailleurs] ne rapportent pas la preuve que l'état de l'immeuble serait la conséquence d'un défaut d'entretien de l'usufruitière"

Droit international public (la pire des pires épreuves, en principe questions de cours) : "La politique juridique extérieure" (aucun de nous ne sait ce que c'est, même après épluchage minutieux du cours) ou encore "la cristallisation de la coutume"

Droit international privé (on s'accroche) : "distinguez l'exception d'ordre public international et l'exception de fraude à la loi en droit international privé français"

Droit administratif (j'ai pris la dissert, mais voici un extrait du commentaire, puisque le choix était proposé entre deux sujets) : "cet acte de cession, qui est intervenu en application d'un édit royal d'août 1708 (ça date non?) en vue de financer les guerres, bien qu'il concerne les biens dépendants du grand domaine étrangers au champ d'application du second édit de Moulins qui autorise l'aliénation des biens du petit domaine, ne saurai être regardé comme méconnaissant le premier édit de Moulins" etc.

Droit des sociétés (cauchemar théorique) : "pourquoi les sociétés holdings n'ont-elles pas, a priori, d'activité économique ?", on se le demande tous. Et le mieux, attention sur 8 points "quelles sont les faiblesses de la théorie de l'entreprise de l'Ecole de Rennes?"

ET ENFIN, Libertés publiques (j'ai pris le commentaire, mais vous propose le sujet de dissert) : "La conciliation opérée par le juge entre les libertés publiques et l'ordre public".

Conclusion 1/ Vive le droit

Conclusion 2/ On devrait nous refiler une médaille pour accepter de se soumettre à de telles tortures intellectuelles entre le 4 et le 10 janvier (vive les fêtes de famille) et la plupart du temps à 12 h (oui, quand est-ce qu'on mange?)

Conclusion 3/ Champagne les gars !! C'est FI-NI !!!*

 

* jusqu'en mai...

Publié dans Moi je...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alliolie 12/01/2007 09:55

Votre article est touchant, je ne peux donc pas l'attaquer sur le plan des idées. Quant au troll, aucun problème, faites comme chez vous.
Et LA je vous énerve. Haha.
Attend avec impatience vos commentaires sur mon billet présidentiel - emploi.

andrem 11/01/2007 16:48

Bonjour Alliolie.
Ce que j’ai écrit est bien plus long que ce que vous avez déjà lu sur votre imêle. Je vais donc poursuivre pour que tout soit connu de vous, en direct et en public, en évitant cependant de commenter longtemps sur un billet qui n’a aucun rapport : on appelle ce procédé déloyal troller un blogue. Vous auriez raison d’être furieuse, d’autant que j’aime bien quand nous nous disputons devant tout le monde.
Comme je ne vous ai pas encore répondu sur l’emploi, titre de votre billet présidentiel récent, nos batailles risquent de prendre une tournure un peu gore. Pour éviter cet écueil pourtant rigolo, je me conterai de vous donner ici l’adresse du site de bloghumeur où se trouve la suite dans mes idées.
La suite du texte est à :
http://andremriviere.blogspot.com/2007/01/alliolie-lectrice.html

anne simon 11/01/2007 10:43

andrem,
Je peux vous assurer,qu'elle aura bien évidement franchi ce nouveau cap avec succès....
 une tête aussi bien rempli,et aussi ravissante,laisse peu de place au doute,j'attend la mention.....
et toi,ma belle aurel,merci pour ton blog,toujours aussi passionnant....bizzzzzz.

andrem 10/01/2007 17:41

Si j'ai bien deviné, vous avez franchi le col ardu avec succès. Non?Je vous donne, moi, la note maximale, rien que d'avoir compris les questions. Parce que cette première étape aurait suffit à me faire fuir au restau le plus proche derechef, vu l'heure.