Je fais souvent ce rêve étrange...

Publié le par Alliolie

Une fois n'est pas coutume, aujourd'hui le récit de mon rêve de la nuit dernière.

Entretien avec le jury de Science po (youpi si c'est un rêve prémonitoire, cela signifierait que j'ai obtenu l'écrit d'admissibilité !). 3 hommes, 2 femmes.

L'un des trois hommes, après quelques minutes d'entretien, me demande ce que changerait à mes yeux une admission à Science po plutôt que de ne pas y être admise.

Et voilà à peu près ce que je lui ai répondu :

"Cela ne changerait pas grand chose en réalité. Parce que dans les deux cas, que je sois admise ou non, je me poserai les mêmes questions. Si je suis admise, un défi personnel aura été relevé, et un nouveau défi verra le jour, celui de réussir mon cursus au sein de Science Po. Et si j'y parviens, un nouveau défi prendra la relève, notamment celui de réussir à trouver un emploi, ensuite celui d'être reconnue dans ma profession, etc.

Si je ne suis pas admise, un nouveau défi verra le jour, celui de trouver une poursuite d'études conforme à ma personnalité, à mes compétences et à mes ambitions professionnelles. Une fois ce défi relevé, il s'agira d'intégrer puis de réussir ce cursus, et si j'y parviens, de réussir à trouver un emploi, etc.

Au fond, les deux seules différences entre une admission et un refus d'admission seront d'une part, le prochain obstacle à franchir, et d'autre part, au bout du compte, le parcours accompli. Je ne peux  donc pas vous dire a priori, ne connaissant pas encore les prochains défis à relever, ce que cela changera"

En conclusion, je fais parfois vraiment des rêves étranges...

Publié dans Moi je...

Commenter cet article

andrem 21/12/2007 11:19

Chacun doit gravir sa montagne. Le chemin est parfois vertigineux et certains passages sont plus étroits que d'autres. Ils ne sont pas pour autant de bons raccourcis, parfois ils allongent, mais quel paysage!Dans la métaphore, je n'oublie pas que tout parallèle n'est pas pertinent. Et je ne suis pas sûr que la montée se fasse de défi en défi. Au moins je te sais gré de n'avoir pas utilisé cet horrible mot de challenge.Il convient aussi de s'arrêter pour regarder un cailloux, écouter un filet, toucher un parement, goûter ce fruit, sentir le soufre.Il importe de savoir ce qu'on traverse avant de songer au sommet, ou au col, ou à la descente qui suivra. Voilà ce que pourrait vous répondre le troisième examinateur en partant de la gauche, celui du milieu, s'il était malin.Oui, je mets un X à caillou au singulier pour être sûr de ne pas me tromper quand il passe au pluriel.